Régions Ouest Mostaganem
 

Mostaganem : Conférence sur les crimes du 17 Octobre 1961

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 05.12.17 | 12h00 Réagissez


Dans la matinée de la troisième journée du panorama du film sur la Révolution, à la salle Cheikh Hamada de Mostaganem, l’historien français, spécialiste du colonialisme français, Gilles Manceron a animé une conférence sur les militants, dont la revendication est l’officialisation de la date du 17 Octobre comme journée commémorative à la mémoire des victimes des massacres du 17 Octobre 1961 à Paris.

En guise d’introduction, un court métrage de 14 minutes a été projeté, intitulé 50 ans après, je suis là, réalisé par l’historien français, où l’on voit des Algériens habitant en France réunis pour commémorer lesdits massacres, où près de 200 Algériens ont été fusillés et noyés dans la Seine, à Paris.

«Il est temps pour la France de se réconcilier avec son passé en avouant son passé sanguinaire et en reconnaissant ses crimes contre l’humanité commis durant la guerre d’Algérie pour renouer une vraie amitié avec l’Algérie», déclare Gilles Manceron lors de son intervention. L’historien avait également souligné l’importance du travail des historiens, en invitant ses confrères algériens à accentuer les recherches sur la période de la guerre d’Algérie en jugeant que cette histoire n’a pas fini de nous raconter des événements intéressants.

«C’est le devoir de tous les historiens, français et algériens, d’écrire sur cette période noire pour que les générations suivantes ne recommencent pas les mêmes erreurs commises dans le passé», explique-t-il.                                   

Salim Skander
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...