Régions Kabylie Boumerdes
 

«Le sport, ce n’est pas que le foot»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 03.01.18 | 12h00 Réagissez

Contrairement au football, les sports individuels semblent ne pas bénéficier du soutien nécessaire de la part des pouvoirs publics dans la wilaya de Boumerdès.

Pourtant, ce sont bien les disciplines individuelles qui honorent la wilaya et le pays dans les compétitions nationales et continentales. En 2017, la wilaya a raflé 213 titres nationaux et 22 à l’échelle internationale, dont 9 médailles d’or, 3 d’argent et 10 de bronze par des athlètes pratiquant le judo, le juseikan-budo, la boxe et le tennis de table.

En dépit des budgets colossaux qui leur sont alloués, les clubs de football de la wilaya, eux, continuent toujours d’évoluer dans les divisions inférieures. Pour encourager ces disciplines individuelles, le wali a rappelé que «le sport, ce n’est pas que le football. Le sport individuel ne nécessite pas beaucoup d’argent et donne de bons résultats, pas comme le football, où on a démontré nos limites malgré les budgets qu’on lui a consacrés», appuie-t-il.

Et d’ajouter : «Ceux qui veulent pratiquer le football n’ont qu’à se prendre en charge. Nous allons soutenir les jeunes qui font les sports individuels.» L’année passée, pas moins de 189 ligues, associations et clubs sportifs locaux ont bénéficié de subventions (195 millions de dinars) de la caisse de promotion des initiatives de jeunes et des activités sportives. Mais ce montant reste insuffisant. Certains clubs, à l’instar du CRI des Issers, n’ont eu droit qu’à une aide de  200 000 DA depuis 20 ans. «Notre club a été créé en 1996. En 2017, on a obtenu une médaille d’argent en Tunisie et 4 championnats nationaux en juseikan-budo.

On a également des champions en natation. Notre club compte trois sections sportives d’un total de 470 athlètes. Cela fait plus de 15 ans qu’on ne nous a pas octroyé de subvention. On a 11 entraîneurs qu’on doit payer à la fin de chaque mois. On vit grâce aux cotisations des athlètes et parfois on débourse de nos poches.

Un déplacement à Oran nous revient à 120 000 DA car l’APC refuse de nous affecter des bus», s’indigne le président du club. Outre la réalisation des cinq projets de stades gazonnés prévus sur le budget de wilaya, le wali promet d’instruire les nouveaux P/APC d’inscrire un projet de stade combiné chaque année. «Les APC ne doivent pas penser qu’à l’assainissement et à l’AEP.

Un stade combiné en gazon synthétique peut servir à la pratique de plusieurs disciplines sportives, telles que le football, le handball, le basketball, etc. Il nécessite cinq millions de dinars et peut être réalisé en 21 jours», a-t-il assené devant les chefs de daïra et les directeurs de l’exécutif de wilaya. 

Kebbabi Ramdane
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie