Régions Kabylie Boumerdes
 

Boumerdès : Manque d’encadrement dans les structures de la jeunesse

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 03.01.18 | 12h00 Réagissez

 
	Les recrutements dans le secteur de la jeunesse et des sports sont gelés depuis 2014
Les recrutements dans le secteur de la jeunesse et des sports sont...

De nombreuses infrastructures sont désertées à longueur d’année par les jeunes en raison du manque d’activités et d’encadrement.

Le secteur de la jeunesse et des sports dans la wilaya de Boumerdès pâtit gravement des effets de la politique du gel des recrutements dans la Fonction publique. De nombreuses infrastructures nouvellement réceptionnées fonctionnent au ralenti, tandis que d’autres risquent de ne pas ouvrir leurs portes dans les mois à venir à cause du manque de personnel.

Ce problème est considéré, de l’aveu même du DJS, Djamel Zebdi, «comme une contrainte majeure devant la dynamique de développement que connaît le secteur durant ces dernières années». S’exprimant lors du dernier conseil de wilaya, tenu mercredi dernier, M. Zebdi a relevé un manque criant de gardiens et d’encadreurs, notamment au niveau des 7 structures mises en service en 2017.

Le rapport présenté à l’occasion sur le secteur fait état de 82 postes inoccupés. Les nombreux cadres et les employés partis en retraite depuis 2014 n’ont jamais été remplacés. Selon le document en question, le secteur compte aujourd’hui 72 encadreurs pour les structures dédiées à la jeunesse, soit 1 encadreur pour 7472 jeunes.

Dans les structures sportives, la moyenne est de 1 encadreur pour 3975 athlètes. Lors de sa dernière visite dans la wilaya, en août dernier, le ministre du secteur a promis d’insister auprès des responsables de la Fonction  publique afin de dégager des postes budgétaires permettant de pallier ce manque.

Mais aucune nouvelle réjouissante n’a filtré depuis. L’année passée, les responsables de la DJS ont été contraints de puiser dans les effectifs existants pour assurer la gestion des 7 infra-structures ouvertes dans diverses localités de la wilaya. Une solution palliative à un problème qui aura déjà trop duré,  incitant des milliers de jeunes à déserter les structures qui leur sont destinées pour y développer leurs talents ou exercer des activités à caractère sportif ou éducatif.

C’est le cas, par exemple, de la maison de jeunes, du CSP, de la salle polyvalente de la commune de Naciria, qui sont boudés par les jeunes à longueur d’année à cause du manque d’activités et d’animation. Même les statistiques de la DJS confortent ce constat affligeant.
Selon le rapport présenté au conseil de wilaya, seuls 22 206 jeunes pratiquent une activité sportive au sein des clubs, soit 4,69% du nombre de personnes (453 215) âgées entre 5 et 29 ans au niveau de la wilaya.

Le taux d’adhésion aux infrastructures de jeunesse est de 5,56%, tandis que le seuil d’intégration des associations est de 1%, soit 5307 jeunes. Cette désaffection aura déjà produit des méfaits sur la société. Le nombre d’adolescents versés dans la délinquance et autres maux en est une preuve édifiante.

Si rien n’est fait pour dégeler les recrutements dans le secteur, ce problème pourrait  s’accentuer encore cette année après la réception de six nouvelles infrastructures, dont 2 piscines à Naciria et Bordj Menaïel, 2 camps de jeunes à Corso et Boudouaou El Bahri et un centre sportif de proximité à Benchoud.





 

Kebbabi Ramdane
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie