Régions Est Constantine
 

visite du commandant de la gendarmerie à Constantine

Circulation bloquée et accès interdit à la presse au siège de la 5e Région militaire

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.05.17 | 12h00 Réagissez

Invités hier à couvrir la visite d’inspection du général-major, Nouba Mennad, commandant de la Gendarmerie nationale au siège de la 5e Région de la GN, situé à la nouvelle ville d’Ali Mendjeli, nous avons dû faire face aux pires difficultés pour accéder au lieu du rendez-vous.

Nos déboires ont commencé d’abord au niveau de l’échangeur donnant accès, via l’autoroute Est-Ouest, à la nouvelle ville, où vers neuf heures, la route a été fermée par des éléments de la Gendarmerie nationale. Nous avons tenté de leur expliquer qu’on était conviés à assister à la visite du commandant de la GN, mais rien n’y fit, nous n’avons pu les persuader de nous laisser passer. Ces derniers nous ont conseillé de prendre l’échangeur donnant accès à la nouvelle ville d’Ali Mendjeli par l’université Constantine 3 pour nous rendre ensuite au siège de la 5e Région.

Ce que nous avons fait. Et péniblement, nous avons réussi, après près d’une heure d’attente dans l’embouteillage monstre qui s’est formé suite à la fermeture de l’échangeur de la nouvelle ville d’Ali Mendjeli, à arriver à celle-ci pour ensuite continuer notre périple, et le mot est faible, vers le lieudit «Quatre chemins» et enfin au siège de la 5e Région de la GN que nous avons réussi à atteindre enfin vers dix heures. Mais il sera dit que notre journée sera semée d’embûches, puisqu’à une centaine de mètres du siège de la gendarmerie, nous avons une nouvelle fois été arrêtés par un gendarme motorisé qui nous a empêchés de passer.

Et une nouvelle fois, nous avons tenté d’expliquer en montrant notre ordre de mission que nous étions là pour des raisons professionnelles, et, de plus, invités par l’état-major de la GN à couvrir la visite de son chef. Mais là aussi rien n’y fit, notre motard a persisté dans son refus de nous libérer le passage, arguant du fait qu’il avait reçu des instructions de ne laisser passer personne.
Nous lui avons donc demandé de pouvoir parler à son chef hiérarchique, mais là aussi nous avons essuyé un nouveau refus. Devant cette situation grotesque à laquelle nous avons été, malgré nous, confrontés, nous ne pouvions donc que nous résoudre à rebrousser chemin pour rentrer à Constantine et faire face à nouveau aux bouchons qui s’étaient formés depuis la matinée.

F. Raoui
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie