Régions Est Annaba
 

Développement urbano-économique à Annaba

Les projets de Youcef Chorfa seraient-ils partis avec lui ?

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 09.08.17 | 12h00 Réagissez

 
	Place du Cours de la Révolution
Place du Cours de la Révolution

Rien n’indique que l’extension, la réhabilitation et le réaménagement du Cours de la Révolution, projet phare, est pour demain.

La détermination des autorités locales à mener à leur terme tous les projets de développement urbain pour le financement desquels l’ex-Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait octroyé, lors de sa visite début mars passé à Annaba, une enveloppe d’un milliard de dinars, est-elle toujours d’actualité ?

Près de six mois après, rien n’indique que l’extension, la réhabilitation et le réaménagement du Cours de la Révolution, projet phare, annoncé en grande pompe en marge de la cérémonie d’ouverture, la fin du même mois, du Salon international du tourisme de Annaba par Youcef Chorfa, l’ex-chef de l’exécutif, est pour demain. Car à ce jour, pas l’ombre d’un chantier ne s’est encore ouvert aux fins, par exemple, du ravalement des vieux bâtiments et de la restauration des arcades pour quelque 500 MDA, déjà débloqués, à en croire M. Chorfa désormais à la tête du ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville.

La célèbre imposante place publique annabie devrait attendre donc davantage avant de se soumettre à la délicate opération de lifting qui lui fut promise. Délicate, car il s’agit de remédier aux altérations du temps qu’elle a subies tout en respectant sa substance ancienne et son intégrité esthétique, avait insisté l’ex-wali de Annaba. Dans les propos de ce dernier se lisait la détermination «ferme» de marquer de son empreinte la «véritable révolution» qu’allait connaître la cité qu’il a dirigée presque deux années durant.

Annaba, réputée pour être le point de chute de tous les maux sociaux, de toutes les pratiques mafieuses, ainsi que de la petite et grande délinquance, était, toujours, selon lui, bien partie pour se hisser au rang de pôle d’excellence du point de vue économique et surtout touristique. Dans quatre à cinq ans, au maximum, Annaba va se voir propulsée au rang de ville moderne, économiquement prospère et attractive.

Plusieurs chantiers sont ouverts pour relever ce grand défi. Laborieux, il le sera et nous en sommes conscients.Mais, l’ensemble de l’exécutif est pleinement mobilisé pour le réussir», promettait M. Chorfa, surtout que «plus d’un facteur plaide en notre faveur, une nouvelle aérogare conforme aux standards internationaux, une nouvelle gare routière, une nouvelle gare maritime en perspective, l’extension du port, la modernisation du réseau ferroviaire, de prestigieuses chaînes hôtelières déjà installées, l’aménagement de la ZET, le renforcement des capacités d’accueil, la mise à niveau du parc hôtelier déjà existant, une smart city à Draâ Errich, l’extension du Cours de la Révolution, tout y est pour faire du challenge que nous nous sommes fixé une réalité», nous déclarait-il, fièrement, en présence des consuls de France et de Tunisie à Annaba et des représentants des pays présents à la première édition du Salon Siaha Annaba.

Tout cela pour, soi-disant, donner un coup de boost au tourisme local, en berne depuis bien des années : déficit en capacités d’hébergement, en marketing, en savoir-faire dans l’hôtellerie et la restauration, d’un côté, image séduisante et reluisante d’un potentiel touristique encore vierge, de l’autre, un paradoxe persistant et incompréhensible dont se distingue la quatrième ville d’Algérie.

Il en est de même pour l’autre projet, tout aussi important, que l’ex- wali, à l’instar de ses prédécesseurs, s’était engagé à mettre en route: Un palais des congrès de portée nationale et internationale, ainsi qu’un grand centre des expositions. À ce sujet, M. Chorfa se voulait, particulièrement, ferme et rassurant, à la fois : «Le projet (palais des expositions) sera concrétisé. D’une importance, voire d’une nécessité, absolue, il ne peut, néanmoins, être réalisé par l’Etat, autrement dit sur fonds publics uniquement. C’est pourquoi, c’est sous forme de SPA, associant des opérateurs économiques publics et privés qu’il sera réalisé.

A ce titre, nous mettons à disposition deux sites, le terrain qui abritait le chantier espagnol LIC, non loin du nouveau viaduc, ou bien les locaux de l’ex-SNLB, à l’entrée de la ville. Aussi, toutes les facilités administratives s’y rapportant seront accordées aux opérateurs économiques intéressés.» D’ailleurs, Laïd Benamor, PDG du Groupe agro-alimentaire des pâtes et sauces, éponyme et néanmoins président de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI) n’a pas tardé à faire part de sa volonté de mettre la main à la pâte. Malheureusement, aucun de ces engagements qui fusaient de part et d’autre n’a, depuis, été tenu.

Un centre des expositions à Annaba pourrait ne jamais voir le jour, à moins que le patron de la Société algérienne des foires et expositions (Safex) ne soit en mesure d’obtenir du nouveau wali, Mohamed Salamani, le feu vert lui permettant de disposer officiellement des locaux de l’ex-SNLB, où il projette d’implanter une antenne régionale Safex-Annaba : «Lors d’une récente visite sur les lieux, le  DG de la Safex avait exprimé un vif intérêt pour doter sa société  d’une antenne régionale à Annaba. Il avait opté pour le site de l’ex-SNLB. Il attend une autorisation écrite des autorités locales pour pouvoir entamer les travaux de réalisation. Le partenariat public/privé dont parlait M. Chorfa n’est plus d’actualité.

Le projet  sera entièrement pris en charge par la Safex», nous a indiqué Azzeddine Djouadi, président de la Chambre de commerce et d’industrie Seybouse Annaba, exhortant au passage M. Salamani à prendre les mesures nécessaires aux fins de «faciliter, administrativement parlant, la mise sur rails du projet qui sera d’un apport économique incontestable pour la collectivité».                 

Naima Benouaret
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie