Pages hebdo France-actu
 

Combien de musulmans dans l’hexagone ?

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 15.05.18 | 12h00 Réagissez

 
	L’absence de données religieuses dans les recensements rend difficile une évaluation précise
L’absence de données religieuses dans les recensements rend...


Lyon
De notre correspondant

Le Service national des relations avec les musulmans, émanation de l’Eglise catholique, publie son dernier numéro de la revue En Dialogue sur le thème «L’engagement de l’Eglise dans les relations islamo-chrétiennes».

Fort de l’appui sur des dizaines de diocèses, une enquête a été lancée par l’institution catholique pour mieux connaître à la fois la réalité de la présence musulmane dans le pays et la nature des échanges avec les catholiques des associations musulmanes.

Dans sa présentation, le père Vincent Feroldi, directeur du SNRM, remarque que «l’absence de données religieuses dans les recensements rend difficile une évaluation précise des communautés catholique et musulmane en France». D’où les extrapolations parfois fantaisistes sur le nombre de musulmans dans le pays. Des fauteurs de rumeurs grossissent le trait jusqu’à parler de 8 millions de musulmans, façon pour eux de vouloir inquiéter le citoyen.

Le dossier du SNRM préfère, dans un premier temps, sous la plume de Vincent Feroldi, Colette Hamza et René Roudaut rappeler les données publiées par l’Institut Montaigne en 2016 qui parlait de 3,7 millions de Français de plus de 15 ans de confession musulmane. Une autre enquête de l’Insee et l’Ined, qu’El Watan avait commentée en son temps, chiffre à 2,1 millions les musulmans en 2008, contre 11,5 de catholiques.

A qui donc se fier ? Faut-il croire le niveau de 4 à 5 millions (l’écart est peu scientifique !), chiffre sur lequel se base le ministère de l’Intérieur, ministère des Cultes.

Ce qui est sûr, du fait des raisons historiques de la colonisation, c’est que le plus grand nombre provient des pays du Maghreb, suivi par les pays sub-sahariens ou sahéliens, c’est-à dire le Mali, le Niger et le Sénégal. Viennent ensuite les Comores, essentiellement à Marseille, la Turquie, le subcontinent indien, les Européens de Bosnie ou de Tchétchénie et ces dernières années le Proche-Orient. Tous ces musulmans suivent-ils le rite ?

Là encore, les sondages et études valent ce qu’elles valent. Aucune analyse fiable n’existant, on est obligé de se rabattre sur ce que nous enseigne l’Institut de sondage Ifop : «88% font le Ramadhan, 43% font les cinq prières (48% pour les femmes), 20% lisent le Coran une fois par semaine, 17% vont à la mosquée une fois par semaine (…) 76% ont l’intention d’aller en pèlerinage à La Mecque».

Selon les tableaux mis en ligne par «trouverlamosquee.fr», les zones de concentration maximum sont le Nord/Pas-de-Calais, la grande région parisienne, les départements autour de Lyon et ceux autour de Marseille.

Depuis plusieurs années, la religion catholique, chapeautée par la Conférence des évêques de France, porte une attention à cette présence, plus certainement que les autorités laïques du pays. Ainsi, la revue En Dialogue précise : «Au niveau des diocèses, se fit jour une prise de conscience de cette attention aux croyants musulmans et d’une culture de la rencontre. Il en est résulté la nomination d’une personne chargée de veiller dans certains diocèses au dialogue interreligieux et en particulier avec les musulmans». Aujourd’hui, les 4/5 des diocèses en disposent.

Walid Mebarek
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...