Chroniques Point Zéro
 

Les aventures de Macron en Afrique

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 06.12.17 | 12h00 Réagissez


Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, puis visite à Alger. Passé au Maroc pour sa première visite au Maghreb, puis au Mali pour sa première visite africaine, le jeune Macron va donc passer à Alger quelques heures, visiter quelques monuments du passé comme la fac centrale et le Président, puis partir vers le Qatar en suivant les conseils de ses conseillers, ne pas dormir en Algérie. Il y a une logique dans ces déplacements et un bilan mitigé de sa tournée africaine, la France ne se sent pas responsable des problèmes du continent, ni de ceux du monde d’ailleurs.

Pourtant, en détruisant les pays comme l’Irak ou la Libye et laissé des islamistes s’imposer, avec un ratage, la Syrie, et en ligne de mire l’Iran ou peut-être l’Algérie, cette stratégie du chaos, à laquelle la France participe, possède des responsables. Alger pourrait oublier la colonisation si la France avait arrêté sa logique de destruction de nations qui ne lui ont rien fait. Repentance ? Oui, pour les attaques du XXIe siècle contre des pays souverains et les victimes civiles qui en ont découlé. Pour le soutien inconditionnel à Israël dans la poursuite de sa colonisation sauvage, et à l’Arabie Saoudite dans sa destruction du Yémen.

Pour l’Afrique, c’est Robert Bourgi, ancien conseiller des présidents Chirac et Sarkozy aux affaires africaines, qui a récemment «demandé pardon à la jeunesse africaine» en avouant «le côté obscur, c'est les présidents imposés et maintenus par la France, urnes gonflées à bloc à Paris qu'on transporte dans des avions militaires dans tous les pays africains au moment des élections». Ce n’est pas l’Algérie qui le dit, et Macron, qui a gardé Fabius comme président du Conseil constitutionnel, ex-ministre des Affaires étrangères qui a publiquement soutenu Al Qaîda en Syrie, a un rôle dans ce retour d’un peu de morale et de stabilité. L’Algérie peut se passer d’excuses, elle a gagné son indépendance et n’a pas été encore attaquée par l’OTAN. C’est surtout à tous ces autres pays détruits qu’il faut demander pardon.

Chawki Amari
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie