Chroniques Point Zéro
 

La fin des stupéfactions

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 11.03.18 | 12h00 Réagissez


Il ne faut pas s’étonner. Ou alors rester dans une attitude d’étonnement perpétuel devant la magie du cosmos et le pouvoir du printemps sur les plantes. Ou encore devant cette maladie chronique du Président qui ne marche toujours pas malgré les prédictions du futurologue de 84 ans, Ould Abbès, héros par ailleurs de la guerre des 666 jours.

Tout est normal, dans l’univers et la structure politique algérienne, même si 3 ministres du gouvernement sont nés à Oujda, comme le Président d’ailleurs. Mais alors qu’au Maroc justement, le tourisme se porte bien, il peine toujours à décoller ici malgré un désert plus vaste, 1400 kilomètres de côtes, une diversité plus grande, un sable plus mou et un dinar très faible. Etonnant ? Non, à l’image de Messaoud Benagoun, le ministre du secteur le plus furtif du monde, limogé 2 jours après son installation, qui vient de refaire parler de lui. Il est poursuivi en justice par les œuvres universitaires, accusé de pousser les étudiants à la grève en tant que secrétaire général du Mouvement national des étudiants algériens, fonction qui lui avait d’ailleurs valu d’être nommé ministre du Tourisme, même si les deux secteurs n’ont rien à voir entre eux. Etonnant ? Non, tout comme il n’est pas étonnant de considérer une grève d’étudiants illégale là où tout mouvement qui ne vient pas de la Matrice est toujours suspect. Sauf que l’ex-ministre nie tout en bloc, accusant les mêmes œuvres universitaires de vouloir couvrir leur propre trafic. Faire de l’argent sur le dos des étudiants ? Non, ce n’est pas étonnant, tout est bon à prendre en ces temps d’austérité.

D’ailleurs, même cette austérité pour un pays qui a tout pour réussir et vient de dépenser 1000 milliards de dollars sans aucun impact sur l’économie n’est pas étonnante. Car l’étonnement est souvent dirigé pour masquer d’autres surprises. Personne ne s’étonne que Messaoud Benagoun soit encore à l’heure actuelle secrétaire général du Mouvement national des étudiants algériens, à l’âge de 38 ans.

Chawki Amari
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie